LOGEMENT ET CONSOMMATION 8

Thit chó (viande de chien) : Les européens n’ont pas l’habitude de manger la viande de chien. Au Vietnam, il y a une race de chiens élevés pour leur chair, proches des chiens sauvages, ce ne sont pas des chiens de compagnie. Chaque restaurant prépare au moins 7 plats differents de viande de chien, lin prenant cette viande, on s’échauffe, c’est pourquoi les clients aiment s’asseoir sur une natte ou dans des paillotes vastes et aérées. Grignoter de la viande de chien avec l’alcool de n/. autour d’une grande natte dans un cabanon, papoter ou raconter des histoires bouffonnes jusqu à être grisé, est un plaisir indescriptible. I.e long de la digue Nhat fan, au voisinage des villages fleuristes, un côté donnant sur le Fleuve Rouge, l’autre sur le lac Ho lay, s’étalent des dizaines restaurants de viande de chien dans des paillotes. Pendant les derniers jours du mois lunaire (les Vietnamiens s’abstiennent de prendre de la Mande de chien aux premiers jours), les motos, les autos se rassemblent sur toute la digue. A un certain degré d’amitié, les étrangers quelquefois sont invités par leurs collègues vietnamiens à goûter de ce mets.
Giò chả (pâté de viande, hachis frit) : La viande de porc est pilée finement, assaisonnée d’aromates, entourée de feuilles de bananier et cuite à la vapeur.

A voir: agence de voyage francophone au vietnamcombiné cambodge vietnam 15 jours | vietnam laos cambodge en 3 semaines | hébergement chez l’habitant vietnam | séjour en birmanie

I lie peut aussi être enroulée d’un bâton en bois et grillée, c’est le hachis frit. Ces deux plats peuvent être considérés comme des mets froids. On les mange avec du riz gluant cuit à la vapeur, du riz, du pain ou des gâteaux de riz gluant pilé. Commodes pour le pique-nique, ils peuvent se conserver jusqu à 3 ou 4 jours dans les endroits aérés. Dans tous les marchés, il y a des comptoirs où l’on vend du pâté de viande pilée et du hachis frit.
Les mets “lẩu” (fondue) : Une poêle en forme de couronne remplie d’eau, est chauffée au centre par un fourneau de charbon de bots (actuellement on emploie l’alcool éthylique ou un réchaud électrique) pour faire bouillir doucement l’eau pendant tout le repas. La poêle de “lâu” est placée au milieu de la table, et tout autour, des assiettes de vermicelles de blé, rie riz, des tranches de foie, de cœur, de rognon de la viande de bouc, des oignons, des légumes. De nombreux étrangers, gauches dans le maniement des baguettes, doivent demander l’aide du voisin, et ainsi le repas devient plus amical. Suivant la viande, on l’appelle “lâu” de bouc, d’anguille des marais. S’il y a plusieurs variétés de viande, on l’appellera “lâu thâp câm” (mélange). Ce mets figure toujours sur le menu des restaurants de spécialités.
Repas populaire : l es gargotes servent du riz, du potage et des aliments ordinaires dans un repas de famille vietnamienne. I.e client commande les mets ou fixe le prix du repas (de 2000 d à 5000 d par ration). I.es étrangers curieux peuvent ainsi voir les plats courants dans le repas d’un Hanoïen, mais certains ne figurent pas dans le menu des restaurants, comme:
— légumes salés et fermentés (chou salé et fermenté, analogue au “Kim Chi” coréen)
— fromage de soja (galette de farine de soja cuite à la vapeur)
— salade de légumes hachés (légumes, tubercules hachés en fil, mélangés au piment, vinaigre, ail)
— potage de crabe (chair de crabe pilée cuite avec des légumes)
— chrysalide (ver dans le cocon de soie)
— viande cuite à la chinoise (viande de porc cuite dans la saumure de poisson additionnée de sucre)
— aubergine salée, prise avec le potage de légumes
Les coins ayant de nombreuses bonnes auberges sont : ruelle Cam Chi (à la fin de la rue Hang Bong), au milieu des rues Mai Hac De, Hang Hanh, Bao Khanh, les rues Ta Hien, Hang Giay, Nguyen Binh Khiem.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*